Un petit coin de paradis !

 

Terre
La Terre n'appartient pas à l'homme,
c'est l'homme qui appartient à la Terre.
[Sitting Bull]
Dans l'hypothèse d'un retour à la terre, il faut avoir bien entendu une terre (promise) pour vous accueillir et vous nourrir.
Si aujourd'hui certains appartements valent des fortunes en ville, ils ne vaudront plus rien demain en situation de crise durable et profonde dans laquelle la priorité sera la survie et l'alimentation.


Études de nos terres :
Pour information :

Le sol arable est une surface vitale peu renouvelable : une couche de terre de 2,5 cm d'épaisseur met près de 500 ans à se constituer. (2050, l'odyssée de le Terre - 1- Nice Matin page 71)
Surface de la France : 550 000 km2
550 000 km² = 550 000 000 000 m²
550 000 000 000/10 000 = 55 000 000 Ha
Population française : 65 000 000 d'habitants environ ce qui correspond à
55 000 000/65 000 000 = 0.84 Ha par habitant.
Pour faire un calcul plus juste il faudrait enlever les montagnes, les lacs, les villes, les routes, les cimetières... On estime aujourd'hui que nous bétonnons tous les dix ans l'équivalent d'un département français... Au final la surface agraire moyenne par français est estimée à moins de 5.000 m2.
Dans un autre ordre d'idée, on estime qu'il y a actuellement environ 2900 m² de terre cultivable par personne sur Terre.


Quelle est la surface de terre nécessaire pour pouvoir vivre en autarcie alimentaire ?
Plusieurs paramètres doivent être pris en considération :
- La surface cultivable disponible et potentielle de votre terrain,
- La quantité d'eau naturelle potentielle (pluviométrie, capacité de stockage ou d'alimentation...)
- La fertilité naturelle de votre terre,
- L'exposition (soleil, ombre, vent) du terrain et de votre situation géographique (latitude, longitude),
- Le choix des plantes,
- Le degré d'autosuffisance que vous voulez atteindre,
- Le budget d'investissement initial (équipements, matériels et moyens disponibles),
- Les techniques de jardinage utilisées (traitements, associations, rotation des cultures),
- Le temps que vous pouvez y consacrer,
- Etc...

Selon l'édition trimestrielle de Rustica, série "Tout en un", Le potager, c'est facile ! (Février-mars-avril 2005), un jardin de 250 m2 pourrait répondre aux besoins d'une famille de quatre personnes.
Remarque : de même qu'il existe des champions capables de sauter plus haut ou plus loin que la moyenne, 250 m2 semble être une surface de compétition pour un jardinier amateur !!


Plus raisonnablement et avec un recul d'expérience : La famille Baronnet vit pratiquement en autarcie depuis près de 25 ans sur un terrain de 3.800 M2 sur lequel 400 m2 sont consacrés au potager.
Au delà de la surface du potager, il est nécessaire de disposer d'espaces complémentaires pour faire son compost, faire son bois, disposer de quelques arbres fruitiers, stocker l'eau...

>>> Calculez la surface nécessaire pour vos besoins ici

Quelle est la différence entre un sol léger et un sol lourd ?

Quelle est la nature de votre sol ?

C'est essentiellement une question de quantité d'argile ou de sable présent dans le sol et qui le rend plus ou moins compact...

Une terre lourde qui contient plus de 20 à 25% d'argile est une terre compacte mais fertile. Le sol est alors collant et un peu difficile à travailler.

A l'inverse un sol sableux qui contient plus de 70% de sable, sera plus léger et facile à travailler, mais se dessèche rapidement en été...

Un sol calcaire contient env. 30% de calcaire : léger mais s'il manque trop d'argile il est moins fertile.

Un sol humifère : beaucoup de matière organique (terre de forêt p.ex.) léger et fertile...

On peut déjà voir quel est le sol que l'on a en regardant sa structure et en le travaillant, mais aussi en regardant ce qui y pousse naturellement :

Sol argileux : liseron, armoise, oseille, pissenlit, tussilage, graminées...

Sol calcaire : moutarde, coquelicot, bleuet, chardon, renoncule, trèfle blanc, camomille...

Sol sableux : digitale, ajonc, genêt, fougère, bruyère,

Sol humifère : bruyère, genêt, mousses, joncs et carex, roseaux, selon le cas ronce aussi...

 

Les sols humifères sont souvent acides : bruyère, fougère, petite oseille, châtaignier, myrtillier (p.ex. terre de bruyère, tourbe)

Les sols calcaires sont plutôt alcalins : centaurée, lavande, tussilage, sureau (terreau)

La meilleure terre se situe entre les deux :-)

A choisir entre une bonne terre et un bon emplacement (ensoleillé, à proximité d'un point d'eau...), il sera toujours préférable de choisir un bon emplacement car s'il est toujours possible d'améliorer une terre, il est impossible de changer l'emplacement...

Le potager idéal doit pouvoir être bien drainé (c'est à dire non boueux après une forte pluie), à l'abri du vent et bénéficier d'un ensoleillement direct d'au moins 6 heures par jour.

Comment préparer sa terre avant de se lancer dans un potager ?

Retourner sa terre à la main peut-être un effort physique important, surtout si la terre n'a pas été travaillée depuis longtemps.

Il y a plusieurs méthodes qu'il est possible de mettre en œuvre pour se faciliter la tâche si on ne dispose pas de matériel de labour :

  • Pendant l'hiver, on peut recouvrir le coin de terre d'une moquette, de cartons ou de tout support qui pourrait permettre d'éviter à la mauvaise herbe de pousser; par ailleurs le fait de mettre la terre au repos et à l'abri permet aux vers de terre de faire leur travail en surface. Après quelques mois, la terre est plus facile à travailler.

  • Autre technique : laisser la terre telle que sans la retourner, créer des box de planches (ou autre support) de 1,20 m de large pour surélever le niveau afin de placer à l'intérieur un peu de compost et du bois raméal fragmenté. Si vous pouvez surélever votre niveau de façon importante, en plaçant un grillage fin sous votre compost vous pourrez empêcher les taupes et autres bêbêtes de s'attaquer à vos plantations par dessous...

  • Selon John Seymour ("Revivre à la Campagne" une référence à lire) un cochon est un excellent laboureur, il suffit de le laisser quelques jours dans un carré à cultiver et le tour est joué... bon là d'accord, c'est un peu plus difficile... il faut avoir un cochon sous la main...

    {dmotion width="550" height="400"}x3v5ix{/dmotion}

     


>>> Comment enrichir votre terre, faire un compost ?

Une solution rapide et efficace si votre terrain est aride : achetez un broyeur de végétaux (à partir de 150 €), broyez tout ce que vous pouvez* en déposant le résultat de votre travail sur la surface de vos terres incultes.
Vous trouverez sur les liens suivant différentes expériences qui ont montré qu'il est possible de rendre un sol pauvre en sol productif à l'aide des bois fragmentés et du compost de bruyère. De plus vous pourrez faire de grosses économies en arrosage.

*... Quitte à proposer à vos voisins de leur nettoyer leurs terrains en friches.

Liens utiles :Pour tout savoir sur le BRF (brois raméal fragmenté) :
http://fr.ekopedia.org/Bois_Ram%C3%A9al_Fragment%C3%A9

- L'homme qui tirait son énergie des broussailles
- Le compost de broussailles
- Un résumé sous forme de BD


   


Témoignage personnel :
"J'ai la chance d'être propriétaire d'un terrain que je pourrais qualifier d'idéal. 5000 m2. Moitié bois, moitié terres cultivables complantés d'oliviers et depuis peu de jeunes arbres fruitiers.
Sa situation est aussi assez enviable : en périphérie d'un petit village à taille humaine de 5.000 habitants situé à 15 minutes de Nice. Je pourrais regretter de ne pas avoir une vue sur la mer, mais bon... on ne peut pas tout avoir...

J'ai planté en 2006 et 2007 plusieurs arbres fruitiers et des noisetiers. Sur 2.500 m2 j'ai des pins et des chênes. Ce sont des arbres importants qui participent à l'absorption du CO2 toutefois en cas de crise et de famine, ils ne seraient pas trop utiles. Je n'ai nullement l'intention de raser mon petit bois, mais petit à petit je remplacerai les arbres en place par d'autres plantations plus utiles et pouvant produire un peu de nourriture comme les châtaigniers, les marronniers, les noisetiers... ou des arbres plus utiles pour fabriquer des outils...

Je ne jette plus rien de ce qui peut servir pour enrichir le terrain. Par exemple, il y a quelques années, après avoir mangé une banane, je la mettais naturellement dans la poubelle. Aujourd'hui, épluchures et restes alimentaires sont recyclés et absorbés par la terre pour son enrichissement personnel.

Dans le même esprit je ne brûle plus les mauvaises herbes ou les tailles d'oliviers... l'ensemble est désormais stocké pour faire du compost et enrichir les surfaces existantes." 
Seules les plantes malades doivent être brûlées, mais leurs cendres a aussi une utilité.



Vous vivez en appartement, vous n'avez pas de terrain !
... Si vous êtes jeune, avec des faibles revenus, habitant en centre urbain... Votre première démarche sera de trouver un terrain à la campagne, même non constructible.
Dans ces conditions vous pouvez trouver un petit coin de paradis à moindre frais. Trouvez un viager, une ruine ou même un terrain nu ! Prenez un crédit sur 40 ans à taux fixe pour minimiser les charges mensuelles ! Un endettement maximum n'a aucune importance, les institutions financières exploseront lorsque le Crash-Oil sera à son paroxysme.

On trouve des terrains non constructibles pour 1.000 € l'hectare !
Par ailleurs toutes les réglementations en matière d'urbanisme et de permis de construire seront eux-aussi mis à néant le jour venu...
Vous pourrez alors y mettre la vieille caravane ou le chalet en kit que vous aurez achetés et/ou stockés en prévision.
Ce terrain pourrait-être votre destination de week-end et de vacances. En évitant des voyages ou des vacances trop lointaines à l'étranger, vous économiserez de l'essence ou du kérosène et vous participerez à la lutte contre le réchauffement climatique.
Évitez la proximité des centrales nucléaires : si vous pouvez  choisir, installez vous suffisamment loin. Avec le temps la dégradation de l'entretien des centrales pourrait devenir une réalité. 
Un petit conseil : en fonction des règles d'urbanisme locales, vous ne pourrez peut-être pas construire, mais vous pouvez être autorisé à faire un cabanon ou un petit chalet. Si c'est le cas, c'est déjà ça de pris. Par ailleurs, vous pourriez construire une cave avec une dalle, sous le couvert d'une future réserve d'eau. Dès lors que la construction est souterraine, selon la réglementation, vous pourriez ne pas être poursuivis et cet abri pourrait être utilisé pour stocker vos outils et matériaux et plus tard à vous servir de base de construction le jour venu, si entre temps le terrain devient constructible ou si après le crash-oil plus aucune autorité administrative ne sera là pour vous donner ou non quelque autorisation que ce soit...
Par ailleurs en investissant dans le durable, vous éviterez de creuser le déficit de la balance commerciale. Mieux vaut investir dans des graines et des outils de jardin que d'acheter un GPS ou un balladeur MP3 made in Taiwan !

Autre solution extrême : si vous disposez d'un petit capital en France ne vous permettant pas d'acquérir la maison et le terrain nécessaire à vos objectifs, vous pourriez peut-être trouver à l'étranger une terre d'accueil qui puisse être à la portée de votre bourse. Dans cette optique choisissez un pays à votre image; en cas de clash social et économique, les tensions entre les différentes confessions et les différentes ethnies pourraient ressurgir...

Une solution intermédiaire :
essayez de trouver dans votre voisinage des propriétaires (type personnes âgées ou autres personnes handicapées, sans enfants si possibles...) qui auraient un terrain en friche et à qui cela ferait plaisir que quelqu'un leur cultive des légumes dessus. Cela vous permettrait d'apprendre et par la même occasion de faire quelques petites économies... Un potager bien entretenu et bien suivi correspond à une économie équivalent à un SMIC... un treizième mois en quelques sortes...

Autre solution alternative : le regroupement en communautés écologiques. (Voir le réseau français des éco-villages)

Si vous n'avez qu'un petit terrain :
A moins de 250 m2 point de salut ! La solution est peut être de trouver un terrain annexe accessible à pied ou en vélo à proximité... ou de vendre ce que vous possédez pour acheter plus grand...
Si vous n'avez pas d'autres solutions, vous devrez exploiter toutes les idées qui permettent de cultiver en étages :
- Les superpositions (pneus, ronds de grillages...).
- Les suspensions...
- La culture en escalier sur un mur (les plantes grimpantes à placer sur tous les murs exploitables)...
- Dans un micro potager, un casier d'un mètre carré installé sur des pieds en bois - dont la fabrication revient à environ 7 dollars - peut produire de 40 à 50 kilos de tomates par an

Des pistes à explorer :
- Cultures sur le toit  : Un guide pour vous aider.
- Cultures en sous-sol ou dans le grenier avec un puits de lumière !... (seule la lumière est indispensable pour pousser, il n'est qu'à voir certaines plantes dans les galeries de supermarché qui ne voient jamais la lumière du jour...)
- Cultures au pied des arbres fruitiers dans des socles amovibles (réfrigérateurs aménagés par exemples)

Si votre terrain est pentu, faites des planches en créant vos propres murets si vous n'avez pas de pierres à profusion...


Témoignage personnel :
"C'est un brevet que j'ai déposé il y a quelques années, mais il est maintenant dans le domaine public. Pour solidifier le bloc il faut placer un petit ferraillage à l'intérieur.
Pour en agrémenter le look de façade vous pouvez utiliser un moule de pierres.
Avantages du système :
- il ne nécessite aucune maçonnerie.
- aucune perte de place, il est possible de cultiver au ras du bloc.
- il assure un drain efficace.
- il peut être démonter et remonté à convenance.
- il peut être édifié rang par rang...
- il est à peine plus lourd qu'un agglo, mais tellement plus solide !


Et si votre terrain est très pentu, retournez l'inconvénient en avantage :  plantez des arbres fruitiers. A priori vous pourrez en mettre plus que dans un terrain plat sans qu'ils se fassent de l'ombre...


LA MAISON :
Si vous devez acheter une maison, la construire ou la faire construire, optez pour une petite construction. 100m2 sont souvent bien suffisant pour une petite famille... et il y a moins de surface à balayer et à chauffer. Ayez toujours à l'esprit que dans une situation de crise financière et énergétique aiguë, vous n'aurez peut-être plus un bon salaire pour assurer l'entretien d'une grande surface habitable.
Toutefois, si vous pouvez disposer d'un grand grenier, d'une belle cave, d'un vide sanitaire spacieux ou de dépendances multiples... c'est bon à prendre ou à créer...
Dans tous les cas il est préférable de viser une surface à vivre plus petite et investir vos capacités complémentaires actuelles dans les accessoires qui pourront devenir des fondamentaux : cheminée avec insert, bassins de récupération d'eau de pluie, réseau d'arrosage, chauffe eau solaire, veranda, clôtures, plants...

Construire sa maison autonome :
Même si vous n'êtes pas un bricoleur passionné et talentueux, vous pouvez envisager de construire vous-même votre maison. Rien n'est impossible pour peu que vous en ayez l'envie et la capacité physique. Tout peut s'apprendre. Vous pouvez faire appel à des membres de la Banque du temps ou à un SEL pour peu qu'il y ait des personnes dans votre secteur.

L'auto-construction


Une maison de paille

Une maison en paille + terre


Témoignage personnel :
"Je ne suis pas du métier et je n'ai pas de compétences, ni de capacités particulières, mais j'ai finalement construit ma maison pratiquement de A à Z : fondations, murs, cloisons, électricité, plomberie, carrelage, finitions... Il est certain que j'ai été moins vite qu'un professionnel dans son domaine d'activité; mon travail a parfois été moins bien réalisé, mais au final il n'y a pas de honte à avoir, au contraire, c'est même plutôt une fierté que de l'avoir fait...

Un petit conseil : en tant qu'amateur, j'ai très souvent sous-estimé le temps nécessaire pour réaliser tel ou tel travail aussi si vous devez vous faire un planning des tâches, prévoyez une grosse marge d'erreurs..."


Si vous n'avez qu'un terrain non-constructible et l'impossibilité d'y implanter quoi que ce soit, achetez un chalet ou une Yourte. Le jour venu il sera toujours temps de construire votre toit : 

Voir un site qui vends des Yourtes

>>> Marquer son territoire, créer une clôture naturelle
>>> Enrichir sa terre, faire son compost